17 juin 2017

Suggestions lecture

1. Les douze balles dans la peau de Samuel Hawley

Hannah Tinti    

Gallimard

 

Lorsque sa fille Loo fête ses douze ans, Samuel Hawley lui apprend à tirer dans les bois du Massachusetts. Il s’y connaît bien en armes à feu, il en a manipulé plusieurs au cours de sa carrière de gangster. Il connaît également les dégâts que peut faire une balle dans la peau car il en a reçu une bonne douzaine, dont une tirée par Lily, la mère de Loo qu’il a passionnément aimée. L’histoire de chacune de ces balles entrecoupe celle de la quête de Loo qui veut en savoir davantage sur la mort de Lily. Mais que peut lui raconter son père de cette tragédie?

 

Oscillant entre le drame et la comédie, ce roman qui a des accents de western nous captive dès les premières pages avec ses personnages si originaux, ses constants rebondissements, ses images des villes où s’arrête Hawley (dont l’unique Anchorage et ses glaciers), son style si enlevé, mais avant tout par cette histoire d’amour filial rendue très finement par une multitude de petits détails d’une grande vraisemblance.

 

2.  Au fond de l’eau    

Paula Hawkins

Sonatine

 

Jadis, il y a eu Libby qui a coulé à pic dans la rivière, puis Anne qui s’est suicidée après avoir assassiné son mari, puis Lauren, la jeune Katie et maintenant Nel, disparue comme les autres dans le bassin maudit, le Bassin aux noyées. Sa sœur Julia qui ne lui parlait plus depuis des années doit revenir à Beckford, ville de leur enfance pour s’occuper de sa nièce Lena, quinze ans, qui lui reproche d’avoir abandonné sa mère. Alors qu’elle ignore tout de ce qui s’est passé entre elles alors que Julia était adolescente. En revanche, Lena semble en savoir plus long sur ce qui est arrivé à son amie Katie. Mais elle a promis de se taire…

 

Par les voix de Lena, Julia, Josh, le frère de Katie, celle des policiers qui veulent déterminer si Nel s’est jetée du haut de la falaise ou si on l’a poussée, Paula Hawkins distille l’angoisse et sème le doute jusqu’à la fin du roman.

 

3.   Les sœurs ennemies

Jonathan Kellerman

Seuil

 

Elles sont trop différentes pour réussir à s’entendre, mais Cheri, la cadette de Connie, n’aurait jamais cru que son aînée l’assignerait en justice pour tenter d’obtenir la garde de sa fille Rambla, prétendant être la seule à pouvoir lui offrir une belle existence. Le Dr Alex Delaware est appelé à témoigner au procès en faveur de Cheri qui réussit à conserver grâce à lui la garde de Rambla. Connie décide alors de faire assassiner Delaware. Le complot échoue, mais quand elle-même est tuée, les soupçons pèsent sur Cheri. D’autant qu’elle a disparu avec sa fille…

 

Si Milo Sturgis croit à la culpabilité de Cheri, Alex Delaware n’en est pas persuadé et, pour une rare fois, les deux complices voient cette enquête sous des angles opposés,  au grand plaisir des lecteurs que Kellerman égare sur de nombreuses pistes jusqu’à la conclusion.

 

4.   Le festin de Mathilde

Simon Philippe Turcot et Sophie Gagnon-Bergeron

La Peuplade

 

Le mot festin évoque toujours l’idée de la fête et c’est bien de ça dont il s’agit ici : la fête de la gourmandise, mais tout autant de l’amitié, née entre des éditeurs et des voyageurs gourmands devenus restaurateurs. C’est à Tadoussac, Chez Mathilde, que Mireille Perron et le chef Jean-Sébastien Sicard ont décidé de se poser pour réjouir les papilles de leurs voisins et des nombreux touristes qui viennent découvrir une magnifique région… et la tire sur la neige que le chef sert même en juillet, à la fin d’un repas où les convives se seront régalés de chanterelles à la crème de lardons, de carpaccio d’émeu aux jujubes de rhubarbe, de pétoncles à l’unilatérale, de linguines aux figues ou de tartare d’oie à la moelle de bison... Et oui, certaines recettes sont longues à préparer, mais elles en valent absolument le détour. Et il y a toujours une autre option : aller les savourer sur place… car feuilleter ce livre aux photos si évocatrices donne envie de respirer l’air du large et de fouler les dunes de sable.

 

6.  Le moustique

Elise Gravel

La courte échelle

 

On déteste tous les maringouins, mais Elise Gravel réussit encore une fois à nous faire sourire en nous les présentant! On apprend qu’il n’y a que les femelles qui piquent alors que les mâles se nourrissent de nectar et qu’elles détectent la présence humaine grâce au gaz carbonique qu’on émet en respirant. Les moustiques nous énervent aussi par leur bourdonnement si agaçant : leurs ailes battent entre 300 et 600 fois à la seconde ce qui n’en fait pourtant pas les insectes les plus rapides, à peine 2,4 kilomètres à l’heure. Mais prolifiques, ça oui : la femelle peut pondre jusqu’à 3000 œufs dans sa vie… qui deviendront des nymphes, puis des adultes prêts hélas à piquer à leur tour. Pour les éviter : porter des vêtements clairs ou devenir ami avec une grenouille qui les mangera.

Publicité